Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

« Pour une fois, je n’ai pas envie d’être un autre, juste Theodore Finch, le garçon qu’elle voit. Lui comprend ce que c’est d’être élégant et euphorique, d’être cent personnes différentes, pour la plupart misérables et stupides, un peu salaud, un peu dégénéré, un peu fêlé, un garçon qui aimerait être cool avec les gens qui l’entourent pour ne pas les inquiéter et surtout être cool avec lui-même. Un garçon qui a sa place – bien dans ce monde et dans sa peau. Un garçon qui est exactement celui que j’aimerais être. »

Synopsis :

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie.

Quelques petites infos :

  • Editeur : Gallimard
  • Paru en : 2015
  • Nombre de pages : 432

Mon avis :

      Bon concrètement, j’ai acheté ce roman sans lire le « résumé » parce que je l’ai confondu avec un autre. Mais bon, comme je l’avais, j’ai décidé de le lire quand même !

Dans ce roman on suit deux personnages tour à tour, selon les chapitres, en commençant par Finch qui est un personnage très atypique. On le découvre dès le départ comme un garçon avec des idées suicidaires. Pourtant, malgré les différentes raisons/excuses qu’on pourrait lui trouver au fil de notre lecture, Finch ne se considère pas comme une victime, un malade ou quelqu’un de différent. Il est juste lui, une personne qui vit à fond dès qu’elle le peut, peu importe que ça plaise ou non aux gens, avant que « le Grand sommeil » n’arrive. On suit également Violet qui a perdu sa sœur quelques mois plus tôt dans un accident de voiture alors qu’elle en a réchappé, et ne s’en remet pas.

Entre les bagarres au lycée et ses exubérances, la réputation de Finch n’est plus à faire et Violet et lui ne se sont jamais parlé avant de se retrouver sur le toit du clocher du lycée. Lorsqu’ils doivent faire un devoir de géo ensemble et que Finch se rend compte, aux cours de leurs balades, à quelle point Violet est encore affectée par le décès de sa sœur, il va tout faire, quitte à la bousculer là où les autres la couvent, pour lui redonner goût à la vie.

Leur duo est une véritable contradiction avec ce garçon suicidaire mais qui dévore la vie dès qu’il le peut et cette fille qui essaie de faire ce qu’on attend d’elle tout en étant rongée par le passé, la culpabilité et la colère. Comment croire que le « fêlé » pourra réussir à aider Violet là où ces proches ont échoué ? Mais c’est sans compter sur l’authenticité de Finch, sa singularité et sa soif de vivre, qui toucheront Violet et le lecteur et les feront sortir de leur zone de confort.

Concrètement, je n’ai pas aimé ce roman. J’ai eu beaucoup de mal avec les 30 premières pages et je ne lirais pas les 30 dernières. Mais sur les 370 pages restantes, je ne peux pas nier que l’écriture est magnifique : fluide, engagée, poétique. J’ai été touchée et bouleversée mais peut-être trop justement.

Il y a aussi beaucoup de messages et de dénonciations sur par exemple la normalité et la différence, l’avenir, le jugement, le besoin impérial de coller une étiquette sur tout et tout le monde. Tout ça fait beaucoup réfléchir.

Alors même si je n’ai pas aimé ce roman, je vous le recommande parce que ce qui est sûr c’est que Finch et Violet vous feront passer un moment unique.

Pas de note pour cette fois, à vous de découvrir 😉

4 réflexions sur “Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

  1. Pingback: Concours 2 ans du blog |

  2. Pingback: Bilan Juin + Juillet 2018 |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s