Les mondes d’Ewilan tome 3 : Les tentacules du mal de Pierre Bottero

« Les Fils du Vent n’obéissaient à aucune loi, naviguaient librement sur l’immense étendue des plaines Souffle, guidés par les choix du conseil des femmes qu’ils suivaient par sagesse plutôt que par obligation. Ils effectuaient un peu de commerce sous forme de troc avec les cités, surtout Kataï, mais se nourrissaient exclusivement du produit de leur chasse et leur cueillette, assumant ainsi leur volonté de ne dépendre de rien ni de personne. Ils détenaient une parfaite connaissance des plaines et des vents qui les balayaient en continu, se jouaient des troupeaux de Khazargantes qui auraient pu réduire leurs navires en miettes et étaient dotés d’un sens de l’humour et de l’autodérision à toute épreuve. »

Synopsis :

Avec ses amis, Ewilan poursuit son périple vers la mystérieuse cité de Valinguaï afin de retrouver ses parents, de rendre le jeune Illian à sa famille et de contrer la méduse qui envahi l’Imagination. Au terme de maintes épreuves, c’est dans cette ville, sur le sable des arènes, que les destins de la jeune fille, de ses compagnons, d’Eléa Ril’ Morienval et de la méduse se croiseront une dernière fois, dans une confrontation sans merci.

Les mondes d’Ewilan tome 1 : La forêt des captifs

Les mondes d’Ewilan tome 2 : L’œil d’Otolep

Quelques petites infos :

  • Editeur : Le livre de poche
  • Paru en : 2013
  • Nombre de pages : 408

Mon avis :

      Pour vous donner une idée de ma lecture, j’ai été obligé de feuilleter à nouveau le roman pour écrire ma chronique, seulement quelques jours après avoir terminé ma lecture … autant dire que celle-ci n’a pas été un succès.

Pourtant, quitter Gwendalavir pour une terre, un peuple et une culture totalement différents voire inconnus semblait sympa. Je pensais découvrir des choses nouvelles qui donneraient un nouveau tournant à l’histoire mais ça n’a pas été le cas.

Comme on pouvait s’y attendre, le désert Ourou est peuplé d’étranges et dangereuses créatures mais qui ont souvent donné moins de fil à retordre que les Tslichs dans La quête d’Ewilan. Leur périple m’a également semblé moins difficile que lorsqu’ils ont dû traverser les plaines du Nord pour rejoindre Les frontières de glace.

Bref, je m’attendais à trouver du nouveau et de l’extraordinaire et je suis finalement restée sur ma faim. J’ai trouvé que ce tome était loin de ce à quoi Pierre Bottero nous avait habitué : beaucoup moins d’humour et de mignoneries (si, ça existe !), de l’action, certes, mais que j’ai trouvé très prévisible, des personnages qui changent complètement d’attitude et qui m’ont beaucoup agacés … malgré l’intervention furtive des Fils du vent que j’ai beaucoup aimé, le reste m’a beaucoup moins emballé.

En ce qui concerne la fin du roman et donc de la trilogie, je ne peux pas nier que je n’avais rien vu venir … à tel point que j’ai trouvé certaines choses complètement improbables … Puisque l’auteur est décédé prématurément, je me dis qu’il y avait certainement une logique derrière tout ça. Malheureusement j’ai juste trouvé ça brutal et peu cohérent …

Vous l’aurez compris, pour moi ce n’est pas le meilleur tome ni même la meilleure trilogie. Je garde par contre un très bon souvenir de la quête d’Ewilan que je recommande à 200% !

Ma note :

5/10

La quête d’Ewilan tome 1 : D’un monde à l’autre

La quête d’Ewilan tome 2 : Les frontières de glace

La quête d’Ewilan tome 3 : L’île du destin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s