Mardi sur son 31 #60

Je vous retrouve aujourd’hui pour le rendez-vous du mardi proposé par Les Bavardages de Sophie !

Il s’agit tout simplement de donner une citation de la page 31 du livre que l’on est en train de lire. Le but est de découvrir ou de redécouvrir la plume de certains auteurs. J’ai trouvé le concept génial !

Avec la reprise du boulot, ma collègue m’a prêté la suite de la trilogie du Tearling, c’est parti donc pour La reine du Tearling tome 2 d’Erika Johansen !

Attention aux spoils si vous n’avez pas lu le tome 1 !

« Après ces deux visites impromptues, Ewen avait cru que plus rien ne pourrait le surprendre, mais il se trompait. Deux jours plus tôt, deux hommes en uniforme noir de l’armée Tear avaient fait irruption en traînant une femme avec eux. Celle-ci n’avait rien de commun avec la jolie rouquine du Régent. De la tête aux pieds, sa peau semblait avoir perdu toute couleur. Ses cheveux étaient aussi blanchis, comme du foin resté trop longtemps exposé au soleil. Sa robe était décolorée, même si on voyait qu’elle avait dû jadis être bleu ciel. On aurait dit un fantôme. Elle crachait et donnait des coups de pieds aux deux hommes qui la tiraient par les bras en leur criant des malédictions. Ewen n’avait jamais vu personne qui lui ressemble. Les soldats s’efforçaient de la faire entrer dans la cellule numéro 2, mais elle s’accrochait aux barreaux.
– A quoi bon nous compliquer la vie, tu finiras bien par y entrer, haleta l’un des deux soldats.
– Va te faire foutre, couille molle !
L’un essayait de détacher ses doigts noués aux barreaux, tandis que l’autre s’efforçait de la hisser dans la cage. Quand à Ewen, il restait en retrait, hésitant à s’en mêler. Quand les yeux de la femme tombèrent sur lui, il sentit un grand froid l’envahir. Les iris étaient cerclés de rose, mais au centre, ils étaient d’un bleu si clair qu’ils brillaient comme de la glace. Ewen y vit quelque chose d’horriblement malsain. La femme ouvrit la bouche, et avant même qu’elle parle, il sut ce qui allait en sortir.
– Je sais tout sur toi, garçon. Tu es le demeuré.
– Viens nous donner un coup de main, nom de Dieu ! gronda l’un des soldats. »

Cet extrait illustre plutôt bien le plus gros changement que je trouve sur ce deuxième tome : le point de vue des personnages. Dans le tome 1, on se concentrait plutôt sur Kelsea mais dans celui-ci, dès les premières pages on a d’autres points de vue, dont certains datant d’avant la traversée. Personnellement, j’ai un peu de mal avec ça et ce sont des passages qui me lassent un peu mais je suis très contente de retrouver l’univers !! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s