Tranche de vie #1 – Les lecteurs face aux non lecteurs, mon expérience personnelle.

D’habitude, je profite du week-end pour vous sortir un article hors chroniques pour vous parler d’un peu tout ce qu’il y a autour du livre.
Et pour la première fois depuis la création du blog, j’ai envie/besoin de partager avec vous une expérience personnelle à laquelle j’ai fait face il y a plusieurs semaines. Dans cet article beaucoup trop long, je parle un peu plus de moi, de mon parcours de lectrice, de ce qui m’a poussé à devenir bloggeuse, et la réaction de mes proches face à tout ça.

Je sais que pas mal d’entre vous ont des personnes de leur entourage qui lisent et qui donc, comprennent votre passion ou du moins votre passe-temps qui, ne le cachons pas, demande du temps. C’est tellement génial !
Malheureusement, ce n’est pas mon cas (même si mon chéri commence tout doucement à s’y mettre). Ça m’a conduit plus d’une fois vers des questions/réflexions du type : « Qu’est ce que ça t’apporte ? », « Pourquoi tu y passes tant de temps ? », « Tu es vraiment quelqu’un de solitaire ! », « Si tu lis autant, c’est peut-être parce que quelque chose dans ta vie ne va pas ou te déplaît, tu devrais y penser » …

J’ai commencé à lire vers 7 ans, lorsque j’ai découvert Harry Potter. C’était plutôt occasionnel, je ne devais pas dépasser la dizaine de livres par an. Arrivé au lycée, vers 15 ou 16 ans, j’ai complètement arrêté la lecture parce que je passais tout mon temps libre avec mes amis qui n’étaient pas du tout des lecteurs. A cet âge-là, on veut surtout rentrer dans le moule et faire comme tout le monde. Et puis il y a eu de plus en plus de travail à faire après les cours pour le bac, puis les études supérieures qui ne me laissaient pas de répit.
Quand j’ai enfin été diplômée et embauchée, je me suis remise à la lecture. Et je me suis pris une énorme claque en découvrant ce qu’était devenu le monde littéraire. Six ou sept ans avant ça, les blogs et les forums existaient, bien sûr, mais ils n’étaient clairement pas aussi développés et n’attiraient pas autant de monde. J’étais d’un côté complètement perdue : je ne savais pas ce qu’était un swap, je n’avais jamais mis un pied dans un salon du livre, je n’avais jamais entendu parler de booktube, et j’en ai aussi été complètement émerveillée. Tant de gens passionnés qui échangeaient, débattaient autour de la littérature, c’était complètement inédit pour moi.
Deux mois plus tard, je créais le blog.

Peu de gens de mon entourage savent que je tiens un blog parce que je sais qu’ils auraient du mal à comprendre et qu’ils me poseraient les mêmes questions que pour la lecture. Peut-être d’ailleurs que c’est un tort et que c’est justement ce qui les empêche de comprendre que c’est important pour moi.
Quoi qu’il en soit, si je vous parle de tout ça, c’est parce qu’il y a peu de temps, je discutais avec une personne proche qui s’est mise depuis quelques mois à faire du sport de façon plutôt intensive : des exercices tous les jours, de la course à pied au moins une fois par semaine. Tout bêtement, je lui ai dit que j’étais admirative qu’elle trouve le temps de faire ça en plus de tout le reste (c’est une maman célibataire et qui travaille) et que j’avais bien du mal à trouver du temps pour le sport. Une phrase en amenant une autre, j’ai fini par me sentir obligée de justifier ce que je faisais de mes journées, soirées et week-ends. J’ai surtout eu le malheur de lui dire que tous les soirs je me prenais 30 à 45 minutes pour lire. Je vous passe le regard dédaigneux et les réflexions du style « Ce n’est pas que tu n’as pas de temps pour aller au sport, c’est surtout que tu choisis de lire » pour vous dire que la conversation s’est terminé sur cette bonne parole : « Quand on veut, on peut ».

Je pense concrètement que si je lui avais dit que je ne trouvais pas le temps de lire à cause du sport, elle ne m’aurait pas du tout répondu sur le même ton, je l’ai donc vécu comme un jugement.
Autant vous dire que ça a clairement refroidi l’ambiance et que cette conversation m’est restée en tête. Pour ceux qui me suivent sur youtube, vous avez sûrement remarqué que je suis loin d’avoir la taille mannequin. Alors je me dis que peut-être que ces remarques partaient d’un bon sentiment ou d’une inquiétude – sait-on jamais, j’aime vivre au pays des bisounours -. En tous cas, j’ai médité ces paroles pendant un sacré moment et je me suis aperçue que oui, je choisissais la lecture.
Il ne se passe pas une journée sans que je regrette de ne pas avoir choisi de travailler dans ce milieu là. Alors quand je sors du boulot, que je rentre chez moi et que je viens lire vos commentaires et vous répondre, écrire un article, préparer des swaps etc, c’est ma façon à moi de déconnecter. Le blog est concrètement devenu mon petit refuge bien être, ma bulle de bonheur. Et plus le temps passe, et plus j’accorde au blog, aux lectures et au monde littéraire une place importante dans ma vie.

Ce que cette confrontation m’a apprise, c’est qu’aujourd’hui j’ai assez de caractère pour regarder ceux qui me jugent et leur dire « Oui, je choisis de faire ce qu’il me plaît, ce qui me rend heureuse et peu m’importe si ça te déplaît ». Mais à force d’y penser, je me suis surtout rendue compte que si j’avais eu quelques années de moins, je me serais laissée influencer et j’aurais sans doute largement diminué la lecture pour faire du sport.
Alors le but de cet article est surtout de passer un message à tous ceux qui ont vécu une situation similaire :

VOUS AVEZ LE DROIT d’aimer vous pelotonner dans votre canapé et de lire pendant des heures si ça vous chante.

VOUS AVEZ LE DROIT de préférer la lecture au sport, à la cuisine, la couture ou que sais-je encore.

VOUS AVEZ LE DROIT de ne pas avoir les mêmes passe-temps que les autres.

Et surtout, VOUS AVEZ LE DROIT de ne pas être jugé pour ça.

On est dans une période de grande réflexion notamment sur le développement personnel ; faire du sport et manger sainement, prendre du temps pour soi, pour prendre soin de son corps et de son esprit. Effectivement, c’est important. Mais on a tous le droit de choisir où, comment et quand le faire.

Heureusement, ce genre de réaction reste minime. Les autres membres de ma famille ne comprennent pas du tout cette passion mais ont l’air de la respecter. Il arrive même qu’ils me demandent ce que je lis, et s’ils ont vu des films tirés de livres, ils me demandent souvent mon avis si je les ai lus.
Si vous avez vu mon bookhaul d’avil 2018, vous savez peut-être qu’ils m’en offrent pour mon anniversaire, chose très récente. Ce sont de petites attentions qui me font plaisir.
Bon, ok, ils me regardent toujours bizarrement quand j’achète un objet en magasin et que je leur dit que c’est pour un swap. Ou quand je leur dit que je ne peux pas venir le week-end parce que je vais voir un salon du livre à 200 km de là. Mais je me dis que je dois probablement faire la même tête quand mon père me parle football ou ma mère restauration de meubles x)
A ma grande joie, je compte de plus ne plus de lecteurs parmi mes amis et ça c’est vraiment chouette. Rien de tel qu’une bonne conversation littéraire entre copines et quand je suis partie, je peux parler de bouquins pendant des heures x)

Bref, à tous ceux qui sont arrivés au bout de cet article, je vous remercie !
Je sais qu’il est beaucoup plus long que ce que j’ai l’habitude de vous présenter et qu’il ressemble légèrement à un coup de gueule mais dans la vie de tous les jours je suis quelqu’un d’assez passionné et franc, et je n’avais pas envie de vous parler de ça à demi-mots.
J’espère ne pas vous avoir fait peur et que vous continuerez à me lire 🤞
Et n’hésitez pas à me raconter vos propres expériences 🙂

13 réflexions sur “Tranche de vie #1 – Les lecteurs face aux non lecteurs, mon expérience personnelle.

  1. Je me reconnais dans ton article. Moi aussi certaines personnes de mon entourage ne comprenne pas ma passion. Lire? Mais quelle horreur? Mais personnellement je prends ça par dessus la jambe. Je fais ce qui me plaît et c’est le plus important. S’épanouir dans ce que l’on fait est important et si ça passe par la lecture, tant mieux 😊. Mon ex compagnon m’avait littéralement cassée quand je lui avait parlé de mon envie de créer un blog. Et je ne l’ai pas fait… Et je regrette! Mais maintenant j’ai un homme merveilleux qui me pousse à aller au bout de mes rêves et c’est génial de se sentir soutenue comme ça. Alors oui on aime la lecture, on aime en parler et je dis vive nous! 😉 Je pense que mon commentaire est aussi long que ton article 😂😂

    Aimé par 1 personne

  2. Je trouve ton article super intéressant même si j’ai la chance que personne ou presque autour de moi ne juge ma passion pour les livres… J’espère que ton amie a simplement été maladroite, mais tu as raison, on a tout à fait le droit de préférer lire aux autres activités 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Merci Audrey ! Pour tout te dire, nous n’en avons jamais reparlé après cette soirée. Régulièrement, elle me demande si je me suis mise à courir et si je souhaite faire des courses à pied avec elle. Mais elle ne fait plus allusion à la lecture. Je crois qu’elle n’ose plus tellement j’étais choquée et en colère la dernière fois. On verra bien comment ça évolue avec le temps ^^

      Aimé par 1 personne

  3. Personnellement, j’ai la chance d’avoir toujours été entourée de lecteurs. Ma famille a toujours lu énormément (sauf ma soeur qui a visiblement échappé au virus). Ensuite, j’ai fait des études de traduction littéraire et je me suis lancée dans le métier de libraire finalement. Du coup, je me suis toujours retrouvée avec des gens qui possèdent le même goût pour la lecture. Après, c’est sûr que je lis ENORMEMENT par rapport à la plupart de mes amis, mais je n’ai jamais été jugée pour ça et heureusement…
    Jugée parce que je lis de la littérature ado, ça par contre, c’est une autre histoire…

    Par contre, le coup de « tu lis parce qu’il te manque quelque chose dans ta vie ou que tu ne t’y sens pas bien »… Comment dire, la lecture, c’est une passion, pas une drogue ! 😉

    Aimé par 1 personne

    • Alors par contre, jugée pour le genre de lecture que j’affectionne, ça ne m’est pas arrivé parce que j’ai les mêmes goûts que la plupart de mes amis lecteurs. Mais je trouverais ça tout aussi choquant ! Quel(s) genre(s) lisent ta famille ?
      Non, ce n’est pas une drogue, quoique … 😉 certaines personnes pensent que si on va chercher à se fondre dans les histoires des autres, c’est parce qu’on n’est pas heureux. C’est bizarre je trouve comme réflexion, surtout qu’il est bien connu que la lecture est bénéfique à plein de niveaux, mais bon.

      J'aime

  4. Idem pour moi. La réaction typique de mes parents quand ils me voyaient un livre en main c’était « Ah bah comme tu fais rien tu peux venir nous aider ». Et c’est vrai que c’est frustrant 1) de ne pas être respectée et 2) de ne pas pouvoir partager ses coups de coeur

    J'aime

  5. J’adore ton article!!!
    Pour ma part je ne parle pas énormément lecture car les gens ne lisent pas énormément en général ou n’en parlent pas. Je « cache » mon blog car d’un côté c’est un peu comme si j’avais honte de le tenir (alors qu’il n’y en a aucune à avoir); je n’ai pas envie d’être cataloguée comme une fille qui tient un blog donc qui veut devenir influenceuse. J’imagine qu’avec ta chaine Youtube tu dois aussi avoir des réflexions de ce style de tes proches même si ce n’est pas du tout méchant de leur part ^^.
    Après je suis d’accord dans un sens ou quand on dit qu’on a pas le temps de faire quelque chose c’est parce qu’on ne souhaite pas prendre le temps pour le faire. Par exemple je n’ai moi non plus « pas le temps pour faire du sport », mais si j’avais vraiment envie je pense que je le trouverai ^^ (Mais malheureusement je en suis pas encore assez motivée pour me prendre en main de ce côté là). En attendant je fais des choses que j’aime et qui me font envie 😀

    Aimé par 1 personne

    • Oulala, quand je vois ce que je me prends pour la lecture, je fais vraiment attention à ce que très peu de gens sachent que je tiens un blog, alors je ne te parle même pas de la chaîne (je crois que le nombre de personnes au courant se tient sur les doigts d’une main x)).
      Le truc c’est que si je faisais du sport, il y a forcément d’autres choses que je ne pourrais pas faire parce que mes journées ne font que 24h et mes semaines 7 jours x) J’en ai fait pendant un an et demi 2 fois par semaine et je finissais mes semaines sur les genoux, pas à jour chez moi, mon chéri et mes parents se plaignaient que je ne restais jamais avec eux, que quand je ne bossais pas j’étais au sport. Je n’étais pas heureuse donc j’étais énervée, désagréable. Il faudrait peut être que je trouve un juste milieu entre la lecture, le blog et le sport mais pour l’instant je ne suis pas motivée du tout non plus x)
      En fait c’est vraiment le principe qui m’a blessé ; le fait d’être jugé pour mes choix et visé sur la lecture, c’est ça qui m’a beaucoup travaillé. De plus par une personne de mon entourage …
      Après, je reste admirative de ceux et celles qui arrivent à cumuler toutes ses activités x)

      Aimé par 1 personne

      • Carrément je comprends, ou bien ceux qui sont toujours « actifs » genre au sport, chez des amis, à sortir, a faire des visites, etc qui se disent ah t’as rien fait ce weekend? En te jugeant. Moi j’aime bien rien faire en fait! Pareil je suis admirative de ceux qui font du sport après le boulot qui rentrent mettent une machine à tourner préparent un vrai repas, et font autre chose. Tu peux être sûre que si par miracle j’arrive à faire du sport après le travail c’est douche et dodo direct pour moi 😛

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s