Mardi sur son 31 #65

Je vous retrouve aujourd’hui pour le rendez-vous du mardi proposé par Les Bavardages de Sophie !

Il s’agit tout simplement de donner une citation de la page 31 du livre que l’on est en train de lire. Le but est de découvrir ou de redécouvrir la plume de certains auteurs. J’ai trouvé le concept génial !

Ça faisait teeeeeellement longtemps que je voulais lire ce livre que je n’ai pas pu attendre plus longtemps pour l’entamer : Kayla Marchal tome 1 : L’exil d’Estelle Vagner. Et voici un extrait :

« – Ah oui, ça tombe bien ! Elle m’a dit qu’elle cherchait un boulot de serveuse ! Je suis sûr qu’on peut lui trouver ça dans nos contacts …
Je lui lance un regard des plus noirs. Quel enfoiré ! Là, il m’a eue.
– Oui, je n’ai personne à L’Aquarium, le bar étudiant. Et j’ai besoin de quelqu’un là-bas pour laisser traîner une oreille. (Il se tourne vers moi, captant mon attention.) Qu’en penses-tu Kayla ? Ton rôle consistera à me rapporter ce qui se raconte chez les jeunes humains et qui te paraît étrange ou important, voire de nous signaler un indésirable. Et bien sûr, de faire le service aussi. Ton salaire sera un peu plus élevé que pour un simple emploi de serveuse et directement versé par la meute.
– Mais c’est une étrangère ! Tu ne peux pas la mêler comme ça à nos affaires !
Effarée qu’il ose répondre comme ça à son alpha (Grand-père m’aurait déjà corrigée depuis longtemps), je me tourne vers son père en me demandant s’il va le remettre sur le droit chemin en ma présence. Mais il se contente de le fixer d’un regard dont je ne voudrais surtout pas être la cible. L’alpha s’adresse de nouveau à moi :
– Alors Kayla, qu’en dis-tu ?
Ce boulot me permettra de rester régulièrement en contact avec lui et donc d’en apprendre un peu plus sur ma mère …
– J’accepte avec plaisir. Cette proposition est très généreuse de votre part, Alpha. Ian a raison, c’est un travail pour un membre de la meute.
– Ne t’en fais pas pour ça, il n’y a aucun problème. Il est déjà tard, nous reparlerons de tout ça demain matin. Ian, conduis-la dans la grande chalbre d’ami, la bleue. Je dois vous laisser, j’ai envore du travail. Et Ian ? Nous aussi nous discuterons demain matin.
– Oui, Alpha.
A la suite de quoi, Henri Berger sort de son bureau, nous laissant seuls, Ian et moi.
– Alors comme ça, je veux être serveuse, hein ?
– Alors comme ça, tu avais prévu de t’installer dans le coin ?
Nous nous jaugeons un instant, puis décidons de laisser tomber.
– Allez, viens, je vais te montrer ta chambre. »

Voilà qui promet une héroïne qui a du répondant  et un sacré caractère ! 😀

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s