Tranche de vie #3 : l’enfer des allergies alimentaires

Coucou tout le monde ! Je vous retrouve aujourd’hui pour un article qui n’a rien à voir avec les livres mais pour vous parler d’une corvée quotidienne qui me demande beaucoup de temps (temps que je n’ai plus pour lire du fait … du coup, il y a quand même un petit lien, non ? x) )

Il y a quelques années, je pouvais manger de tout sans problème, même une cuisine très épicée ne me dérangeait pas. Dans ma famille il n’y a aucune allergie alimentaire alors je ne me suis jamais méfiée. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai aussi mis du temps à reconnaître les symptômes, et c’est pourquoi je partage cet aspect de ma vie avec vous ; si je peux aider même une seule personne, j’en serais très contente !

1ère allergie : les fruits à coque.

Je n’ai jamais été une très grande fan des amandes, noisettes, noix etc. Il m’arrivait de manger des noix dans une salade et j’avais souvent des aphtes ensuite mais rien de plus. Il y a 2 ans, à Noël, ma mère avait fait un super beau panier de fruits dans lequel j’ai eu la mauvaise idée de piquer une noisette.
Je n’avais pas terminé de la manger que ma gorge s’est mise à gonfler et à gratter. Je n’y ai pas prêté attention sur le coup, j’ai bu de l’eau et j’ai continué à discuter. Au bout de quelques minutes, j’ai eu très mal à l’estomac et des difficultés à respirer. Il était 1h du matin, je ne voulais gâcher le Noël de personne en partant à l’hôpital, alors j’ai attendu que ça passe.
Je ne vous raconte pas le savon que je me suis pris par mon médecin traitant quand je lui en ai parlé quelques semaines plus tard. Il m’a parlé d’allergie alimentaire, de choc anaphylactique, de piqûres d’adrénaline qui ne devraient plus jamais me quitter, et surtout il m’a dit que j’aurais pu mourir ce soir là. Je pense qu’il a été particulièrement alarmiste parce qu’il a bien vu que tout ça ne m’avait même pas effleuré l’esprit et que je ne le prenais pas au sérieux.
Au départ je me suis dit que ce n’était pas trop grave sauf que des fruits à coque, vous en retrouvez malheureusement PARTOUT ! J’ai dû changer mon alimentation, limiter les produits industriels ; soupes, glaces, gratins … mais le pire, ça reste le chocolat. Je suis plutôt team salé mais il suffit qu’on vous prive de quelque chose pour que vous en ayez envie ! Et ça a été une torture au début. Heureusement, j’ai eu la chance de tomber sur un blog hyper bien construit et qui donnait des conseils sur les produits sans fruit à coque. Bon, oubliez les plaques de chocolat ; j’ai cherché sur internet, dans des dizaines de magasins (bio ou non), je n’ai jamais réussi à trouvez. L’alternative ; les kinder et le chocolat en poudre Poulain.

2ème allergie (la pire) même si on parle plutôt d’intolérance : le lactose.

C’est là que ça a été le plus complexe. L’année juste avant ce fameux Noël, j’ai été particulièrement malade. J’ai eu 3 gastros (alors que je n’en avais jamais) qui ont toutes duré plusieurs semaines. Les médicaments « classiques » ne faisaient pas effet et il m’arrivait aussi de faire des indigestions entre deux. Ça a été une année compliquée pour moi parce qu’avec une gastro c’est déjà difficile de se déplacer et de travailler (je ne pouvais pas prendre à chaque fois 3 semaines d’arrêt …) mais j’ai aussi été malade pendant mes vacances d’été donc je culpabilisais beaucoup.
Sur les conseils de mon médecin traitant j’ai vu un gastro-entérologue qui n’a pas hésité à me faire passer fibroscopie et coloscopie, examens qui se font à l’hôpital, en ambulatoire mais sous anesthésie générale que j’ai mis très longtemps à évacuer de mon corps…
Pas une seule fois l’intolérance alimentaire n’a été mentionné par les médecins. J’ai moi-même compris après une énième indigestion. Et en effet, depuis que j’ai arrêté le lait, les yaourts et le fromage, plus de soucis du tout ! Les plusieurs semaines de « gastro » étaient d’ailleurs dûes aux conseils de mon médecin : « il faut manger beaucoup de yaourt pour refaire la flore intestinale, c’est important pour se remettre d’une gastro » … sauf quand on ne le digère pas évidemment !

En parler a été difficile

Ces allergies se sont déclarées il y a plus de deux ans maintenant. Pourtant, je commence seulement à en parler à mes proches. A chaque anniversaire ou événements, j’essaye de m’arranger pour inviter les gens chez moi pour pouvoir gérer le menu. Et quand je ne peux pas faire autrement, j’essaie de donner des idées de repas (sans lait ni fruits à coque). Ça peut paraître très bête mais avant d’être allergique, je trouvais moi-même que les gens qui ne pouvaient pas manger ceci ou cela, c’était très chiant. Et je suis du genre à ne pas vouloir embêter le monde ou me faire remarquer donc j’ai mis du temps à le dire.
Je trouve que avoir un régime alimentaire différent des autres se démocratise un peu plus maintenant ; beaucoup de personnes présentent des allergies alimentaires et beaucoup aussi sont devenues végétarienne ou vegan ces dernières années.
Mais ce qui m’a décidé à en parler c’est d’abord que ça devenait de plus en plus compliqué à gérer, mais surtout que j’ai commencé à trouver des solutions. Le lait végétal a été pour moi un véritable miracle, il m’a permis de remanger beaucoup de choses. Hier par exemple, ma maman nous a invité à manger des ficelles picardes. Je lui ai demandé d’utiliser du lait d’avoine pour faire les crêpes et tout le monde n’y a vu que du feu et moi j’ai pu manger comme tout le monde l’esprit serein. Surtout, je cuisine énormément de produits frais maintenant et j’ose de plus en plus des recettes originales que je fais goûter à ma famille. S’ils aiment, c’est gagné, ils garderont certaines recettes sous le coude pour d’autres repas de famille x)

Les difficultés que je continue de retrouver au quotidien

Je vous parlais plus haut de corvée quotidienne. Effectivement, ces allergies alimentaires m’obligent à cuisiner des produits frais pour pouvoir manger correctement. Mais faire de la cuisine, même si on a l’habitude, même si on est organisé, ça demande du temps. Et quand j’ai des semaines à plus de 40h au boulot, c’est assez dur de trouver la motivation tous les soirs pour faire un repas complet et frais.
Ce qui me demande beaucoup de temps aussi, c’est de trouver des idées de repas accessible (je ne suis pas une grande cuisinière !) et pas trop cher (c’est triste à dire mais les produits industriels sont bon marché comparés aux produits frais). J’ai toujours connu une cuisine française traditionnelle classique. Mais qui dit plats français, dit aussi très souvent : fromage, lait, yaourt … alors je passe du temps à chercher de nouvelles recettes et à les tester ou à trouver des alternatives pour faire des plats que je connais mais que je ne peux plus manger.
En même temps, j’ai été tellement marqué par cette année de « gastros » et d’indigestion que j’ai parfois du mal à tester, de peur d’être de nouveau malade … c’est un cercle vicieux quoi ! En ce moment, je teste les yaourts au lait de soja (beuuuurk !) et lait de brebis (croisez les doigts pour moi !). Ça faisait plus de dans ans que je n’avais pas touché un yaourt ! x)

On est en thérapie ou quoi ?

J’ai l’impression de vous faire un gros déballage de vie qui n’intéressera d’ailleurs pas grand monde je pense. Mais j’avais envie de partager ça avec vous parce que je me dis que si j’avais lu un article similaire à l’époque où j’ai développé l’intolérance au lactose notamment, j’aurais peut être réagi beaucoup plus tôt, ce qui m’aurait évité bien des semaines de galère.
Je me dis aussi qu’à l’inverse, je permettrais peut être à certaines personnes de comprendre que les gens qui ont des allergies alimentaires n’essaient pas de vous tendre des pièges lorsque vous les invitez à manger x) ce n’est déjà pas facile à vivre au quotidien, imposer ses problèmes lors de soirées ou d’événements n’est pas marrant non plus.
Enfin, si certain d’entre vous connaissent le même type d’intolérance, si vous avez des bons plans ou des astuces, je suis preneuse !! 🙂

12 réflexions sur “Tranche de vie #3 : l’enfer des allergies alimentaires

    • Moi aussi j’ai une sorte d’allergie, les piqûres s’étalent et me font des sortes de tâches violettes comme un hématome, et restent plusieurs semaines. Ni esthétique, ni agréable, mais ça fait rire mes proches qui m’appellent la coccinelle x)
      C’est très chiant, je compatis :/

      J'aime

  1. Je compatis, mais à un point, si tu savais ^^. Les yaourts au lait de brebis, je trouve ça très bon, j’espère que tu aimeras aussi ;). Sinon, d’après mon gastro-entérologue, il existe des médicaments qui permettent de digérer le lactose en offrant à ton corps les enzymes qui lui manquent ; pratique au restaurant, si jamais tu as envie de te faire plaisir ;).

    Personnellement, mon enfer à moi s’appelle le gluten. J’ai galéré pendant plus de deux ans, avant de mettre le doigt sur mon problème. Et mon gastro-entérologue ne m’a été d’aucune aide *-*. Il a aussi pensé au lactose, mais non, après vérification, ce n’était pas ça. Du coup, il m’a gavée de médicaments (certes, naturels, mais très chers), sans aucun effet. Et me répétait tout le temps que je devais être patiente *-*. Oui, mais vu les symptômes, après 2 ans, tu commences à péter des câbles oO !

    J’ai essayé l’ostéopathie digestive/viscérale, sans plus de succès, même si ma praticienne était vraiment motivée à trouver une solution. En fait, c’est une amie qui m’a un jour suggéré d’arrêter le gluten, juste pour vérifier, avant de passer aux examens très sérieux. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre… et miracle ! Les symptômes ont considérablement diminué… sans disparaître totalement, ce que mes proches ont beaucoup de mal à comprendre. En fait, le gluten, ça peut mettre des mois, voire même plus d’un an à disparaître de l’organisme, donc je suis toujours en phase de transition.

    Le pire ? C’est quand tu vérifies les allergènes de produits vendus dans des « snacks » et que tu te rends compte qu’ils n’étaient pas fiables. Résultat : quasi retour à la case départ parce que tu en as à nouveau consommé *-*. Et comme pour le lactose, il y a du gluten à peu près partout (les pâtes, le pain, les biscuits…) ! Ceci dit, au rayon « sans gluten », tous les produits sont généralement sans lactose (si jamais ça peut t’aider ^^).

    Bref, c’est une galère quotidienne, mais j’essaie de faire avec, alors je te soutiens à 100 % ! Je n’ai pas eu d’autre choix que de me mettre à la cuisine, comme toi, même si ce n’est clairement pas ma plus grande passion ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Je pense que le gluten est la pire des allergies alimentaires … Non seulement il y en a partout mais en plus c’est quelque chose qui fait vraiment parti de nos habitudes alimentaires de base : du pain, des pâtes, qui n’en a pas chez lui ? Je compatis … je ne savais même pas qu’il fallait tant de temps pour l’évacuer de l’organisme, c’est énorme !

      Ah les proches … perso dans ma famille je suis devenue « la délicate ». Tous mes poils se hérissent quand ils m’appellent comme ça (alors que je suis à côté d’eux en plus …). Vive la compréhension …

      Je ne suis jamais allée au rayon sans gluten mais en le sachant j’irais faire un tour, merci ! J’ai déjà vu certains médicament pour faciliter la digestion du lactose mais je n’aime pas trop prendre des médocs, j’en prend déjà régulièrement pour les névralgies faciales et les migraines alors j’essaye de ne pas en rajouter quand ce n’est pas indispensable. Et puis ça m’a tellement marqué que j’aurais beaucoup trop peur pour tenter l’expérience. Je n’ai toujours pas goûté mes yaourts au lait de brebis tellement j’appréhende :/

      On est bien obligé de faire avec, c’est sûr ! Je ne suis pas très douée en cuisine mais j’arrive de plus en plus à trouver des recettes rapides qui plaisent aussi à mon chéri, j’espère que tu finiras aussi par trouver des petites astuces pour alléger ton quotidien 😉
      Merci pour ton message ça m’a fait du bien ! 🙂

      Aimé par 1 personne

      • Oui, c’est très difficile manger sans gluten, malheureusement. Enfin, en cuisinant soi-même, c’est largement faisable, mais ça ne facilite pas les choses pour le quotidien, notamment les restaurants ^^.

        Difficile pour nos proches de comprendre, je crois. Personnellement, mes amis me considèrent comme un cas désespéré, parce que j’accumule les petites pathologies pas graves, mais assez dérangeantes dans la vie de tous les jours.
        Heureusement, on trouvera toujours des gens capables de nous comprendre, parce qu’on vit la même chose 😉.

        Je comprends totalement pour les médicaments. Et je t’assure, les yaourts au lait de brebis, c’est vraiment bon. Je ne suis pas intolérante au lactose, mais j’en mange quand même parce que j’adore ça. Après, tout dépend des marques, j’imagine 😉.

        On arrive tout doucement avec mon chéri à trouver des recettes. Ça l’a aussi motivé à cuisiner de nouveau, chose qu’il faisait moins, avant. Espérons que ça dure.

        Et ravie d’avoir pu te communiquer mon soutien 😉.

        Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Tranche de vie #4 : réduire mes déchets | Chroniques de Milleca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s