Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko

« J’écoute le monde qui boit partout, et la pluie qui chante sa musique. »

Synopsis :

Samaa vit dans un monde qui pourrait être le nôtre bientôt. La vie a presque entièrement disparu de la surface de la Terre. Le sable a tout dévoré. Son peuple, nomade, traque les derniers arbres et vend leur bois pour survivre. Samaa aimerait être chasseuse, elle aussi, mais c’est une charge d’homme. Un jour, elle désobéit et suit les chasseurs. Mais le désert a mille visages. Samaa se perd, et fera une rencontre qui changera le destin de sa tribu à jamais.

Quelques petites infos :

  • Editeur : Flammarion
  • Paru en : 2020
  • Nombre de pages : 226

Mon avis :

      Si vous traînez dans le coin depuis un moment, vous savez certainement que j’ai adoré les précédents romans de Marie Pavlenko. Ce petit dernier faisait partie des 12 livres que je souhaitais lire en 2020 et comme j’ai eu la chance de le trouver d’occaz, je n’ai pas hésité une seconde ! J’ai été pourtant bien surprise de ce que j’y ai trouvé. Ça fait deux semaines que je l’ai terminé, pourtant je ne sais toujours pas dire si j’ai aimé ou non…

Samaa va se retrouver seule et perdue dans une crevasse en plein désert avec pour seule compagnie un arbre centenaire et une araignée qu’elle va appeler Tewida. Toute sa vie, on lui a dit et répété qu’il fallait trouver des arbres pour les couper et les revendre aux grandes villes pour avoir de quoi survivre. Pourtant, durant les semaines que Samaa passe bloquée dans sa crevasse, elle va découvrir tous les bienfaits que l’arbre apporte ; tout un écosystème qu’elle ne connaît pas et qu’elle va apprendre à découvrir et à aimer.

Même si on lit pas mal de petits passages qui sont des souvenirs du personnage principal, l’isolement conduit à une narration vraiment très lente. En même temps j’ai trouvé que l’autrice nous livrait son texte de façon très douce et poétique (petit exemple avec la citation que j’ai choisie), ce qui est assez addictif finalement.

Et comme vous vous en doutez, le message est beau. C’est vraiment la découverte et la compréhension du système de la vie grâce à la nature qu’on a tendance à exploiter et détruire alors qu’elle nous apporte tant. En plus l’autrice n’est pas du tout dans le jugement au contraire, j’ai trouvé son texte plutôt optimiste. Mais franchement, la narration est particulière et ne plaira pas à tous les lecteurs. C’est vraiment très différent des autres romans de Marie Pavlenko. En même temps, c’est une façon de se renouveler je trouve, c’est tout à son honneur !

Ma note :

8/10
(Finalement, je peux sûrement dire que j’ai aimé x) )

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s